Anglais, L’anglais déjà utile pendant les études ?
Anglais

L’anglais déjà utile pendant les études ?

Stages linguistiques pour adultes: L’anglais déjà utile pendant les études ?

Pratique parce qu’internationalement reconnu, le certificat Cambridge est aujourd’hui encore LA référence en matière de maîtrise de la langue anglaise. Si l’homogénéité de ce test (mêmes questions, dates fixes, corrections centralisées), sa notoriété (les certificats existent depuis 150 ans et plusieurs millions de personnes les passent chaque année) et sa qualité (développé par l’Université de Cambridge) concourent à en faire le certificat le plus apprécié par les employeurs, qu’en est-il au niveau académique ?

Ecole Hôtelière Lausanne : Advanced indispensable

«Le lancement du programme en anglais de l’Ecole remonte à 1996. Sur le campus, nous accueillons des étudiants de 87 nationalités différentes, l’anglais est la langue qui les rassemble».
L’Ecole a édicté des règles d’admission très claires, avec des niveaux précis. Pour un programme de Bachelor par exemple un niveau Advanced (CAE) avec la note C au minimum est demandé si l’étudiant compte suivre le programme francophone, Advanced avec la note B au minimum s’il souhaite s’inscrire dans la filière anglophone.
L’EHL justifie sa sévérité dans la sélection par deux facteurs: «Nous avons beaucoup de candidatures et de plus nous ne sommes pas dans un pays anglophone. Alors si l’étudiant ne maîtrise pas l’anglais à l’entrée, on ne peut pas compter sur ses activités à l’extérieur pour l’améliorer». Pourtant l’environnement du campus est très anglophile «Mêmes les collaborateurs font des meetings moitié anglais, moitié français».
À noter finalement que de nombreux étudiants de l’EHL ne travaillent pas forcément dans la restauration ou l’hôtellerie mais dans des domaines comme le marketing ou la finance. Dans ces secteurs professionnels encore plus, la langue de Shakespeare est incontournable.

Pré requis linguistiques pour l’entrée à l’EHL:
http://www.ehl.edu/fre/content/view/full/2090

Service d’orientation professionnelle du canton de Berne : «Les Suisses allemands préfèrent l’anglais au français»

Selon une responsable du Service d’orientation professionnel du canton de Berne (OP), l’anglais n’est pas incontournable partout : «Dans certains métiers, comme sur un chantier ou dans la restauration par exemple, ce n’est pas indispensable, au contraire des entreprises internationales ou au domaine scientifique».
La Suisse étant composée de plusieurs régions linguistiques, l’OP note que «dans les entreprises nationales les employés germanophones et francophones -  au niveau des  cadres -  ont tendance à utiliser l’anglais pour communiquer».
Quant au certificat, il aide, les employeurs notamment, à mieux cerner le niveau du candidat et constitue un bagage intéressant dans un CV, mais n’est pas la panacée. «Nous conseillons souvent de faire un séjour linguistique, en profitant de l’occasion pour faire un stage dans le pays par exemple. C’est une bonne solution, parce que même si l’on peut suivre des cours d’anglais en restant en Suisse, on ne pourra pas entrer aussi profondément dans la langue ».

Le site suisse de l’orientation scolaire et professionnelle:
http://www.orientation.ch (office de Berne : www.erz.be.ch)

Centre de langues de l’Université de Lausanne

Le Centre de langues de l’Université de Lausanne (CDL) n’a pas souhaité répondre à nos questions, mais tenait à préciser sa position quant aux examens comme ceux du Cambridge. Le CDL prépare ses étudiants aux divers examens de langues Cambridge, mais dans l’absolu ne les voit pas d’un bon œil, estimant que ces certificats entraînent une course au certificat.
Selon le CDL, le cadre européen commun de référence pour les langues offre un repère unifié suffisant et des certificats internationaux ne se justifient plus. D’ailleurs, note-t-on au CDL, les employeurs préfèrent parfois que le candidat ait fait un séjour linguistique à l’étranger plutôt qu’il possède un certificat.